Les orques sur l’île de Vancouver à Telegraph Cove

3 septembre 2017

Road-trip de 4 jours sur l’île de Vancouver – Partie 1 – Telegraph Cove

Nous sommes début juin, le ciel s’éclaircit, la température monte, la météo est ensoleillée et nous avons un week-end de 4 jours, nous prenons le large avec notre voiture aménagée sur le ferry sans aucune organisation pour Vancouver island.

Où aller sur l’île de Vancouver ?

L’île de Vancouver est connue pour observer les animaux dans leur habitat naturel. Ici, les orques, épaulards, baleines, phoques, ours noirs, grizzlis sont les rois et la nature est la reine. Pour ce premier voyage parmi d’autres sur l’île de Vancouver ayant 4 jours devant nous, nous choisissons de nous diriger vers le nord de l’île et plus précisément à Telegraph Cove.

Telegraph Cove pour observer les orques

Telegraph Cove est une petite marina réputée pour l’observation des cétacés de par sa proximité du détroit de Johnstone (en anglais Johnstone Strait) qui abrite 307 orques résidentes du nord durant l’été et l’automne. Ici pas de tourisme de masse, juste quelques amateurs de nature sauvage qui prennent le temps.

Que faire à Telegraph Cove ?

Du Whale Watching, mais pas que !

Randonner à Telegraph Cove :  la randonnée du Blinkhorn trail

Nous avons découvert une randonnée qui nous a offert une des plus belles vues de toute notre année au Canada. La randonnée part du camping de Telegraph Cove, elle est indiquée par des panneaux en bois, globalement il faut suivre la gauche. Nous suivons le panneau “Blinkhorn trail”, la randonnée conduit dans une forêt primaire tropicale avec des arbres majestueux.

Le sentier est plus ou moins balisé, nous sommes seuls, aucun bruit, nous nous sentons minuscules. Nous continuons notre chemin jusqu’au point de vue qui domine Johnstone Strait, Broughton Archipelago et les autres îles.

Nous sommes émerveillés, ce point de vue est spectaculaire, la vue s’étend au loin sur une multitude d’îles inattendue. Les photos au smartphone ne rendent pas hommage à la beauté de ce coin de nature, mais c’est juste magnifique. Nous nous asseyons là des heures à contempler l’horizon, savourer ce moment de déjà vu sur instagram qui devient réalité et scruter les remous de l’eau en espérant voir une orque bondir de l’eau. 

Faut-il aller à Telegraph Cove pour le whale watching ?

Non, environnementalement, c’est un des plus mauvais plans que nous ayons eus. Telegraph Cove ne représente pas un choix responsable qui minimise l’impact sur l’environnement pour voir les orques pour une sortie d’une journée. J’avais repéré North Island Kayak pour une sortie en mer pour observer les orques dans leur milieu naturel sans perturber l’écosystème marin, mais, une fois arrivé sur place, je suis confronté aux aléas du terrain. Selon les dires de la personne qui nous reçoit:

  • Une sortie en kayak d’une demi-journée n’est pas suffisamment longue pour offrir la possibilité d’observer des épaulards. Il faut prévoir une sortie sur plusieurs jours pour atteindre Johnstone Strait où Queen Charlotte Strait, là où les orques résidentes du nord sont régulièrement observées.
  • La météo du lendemain et surlendemain n’est pas favorable, pour les sorties d’un jour, il faudra emprunter un itinéraire qui n’a pas dénombré d’orques ou de baleines dernièrement.
  • Aucune orque n’a été repérée les 7 derniers jours, même en sortie plus longue.

On nous propose une sortie de deux jours et une nuit (500 CAD par personne) que nous ne pouvons pas nous permettre d’accepter. À Telegraph Cove, il n’y a que deux options pour les sorties en mer, la deuxième option c’est Stubbs Island whale watching. Malheureusement, cette compagnie n’a également aperçu aucune orque cette dernière semaine et surtout navigue avec un bateau, ce qui perturbe l’écosystème marin. Le bruit du moteur interfère avec la communication des orques et perturbe leur capacité à localiser leurs proies par écholocation. La pollution sonore provoque la disparition des espèces marines.   Ne vous déplacez pas jusque Telegraph Cove si votre intention est de faire une sortie en mer d’une journée maximum. 

  • Vous allez rouler beaucoup de kilomètres pour une expérience que vous pouvez avoir dans un lieu plus proche de Vancouver,
  • Il y a qu’une seule structure respectueuse de l’environnement, c’est la sortie en kayak,
  • Qui dit Kayak, dit que sur une sortie d’une demi-journée où d’une journée, vous n’irez pas très loin et la probabilité d’atteindre Johnstone Strait est réduite.
  • Vous observez les épaulards dans leur milieu naturel, N.A.T.U.R.E.L,, rien n’est garanti même à Telegraph Cove.
Depuis Vancouver, on peut observer:

  • Les orques résidentes du nord En 2017 : on en comptait 307*, elles sont menacées et sont observées dans les détroits de Johnstone et de Reine-Charlotte.
  • Les orques résidentes du sud En 2018 : on en dénombre 74, elles sont déclarées en voie de disparition et sont observées à la pointe sud de l’île de Vancouver et au nord de l’état de Washington dans les détroits de Haro, de Géorgie et de Juan de Fuca. Le documentaire Coextinction a lancé le mouvement #wearetheorca pour sauver les orques résidentes du sud. Mon expérience à San Juan avec les orques résidentes du sud ici.

* Source

Partir en tour du Monde

Emilie + Nicolas, deux chasseurs d'aventures autour du Monde qui vivent pleinement leur rêve de liberté géographique.

Faire le tour du monde c'est notre projet de vie que nous idéalisons par l'art de voyager en prenant le temps, ici pas de loisir de masse.

Nomades "on the pursuit of happiness" depuis 2011, nous posons enfin des mots et des images sur ce que nous vivons au quotidien.

Guidés par l'hédonisme responsable, nous marchons au rythme de la nature pour vous partager du contenu qui exprime la beauté de ce monde.